LXD, le chaînon manquant

LXD, le chaînon manquant2018-11-14T22:54:27+00:00

Introduction

Il existe les machines virtuelles et les containers Linux. Et bien, LXD se positionne juste entre les deux !

Présentation

LXD est un projet construit au-dessus de LXC (conteneur Linux) pour apporter la facilité de gestion des machines virtuelles aux conteneurs. LXD est un compromis entre une machine virtuelle et un conteneur réunissant le meilleur des deux mondes. Il a conservé l’expérience utilisateur de la machine virtuelle avec des avantages additionnels comme haute densité, meilleure allocation des ressources et faible temps de latence. En résumé, le conteneur LXD est une machine virtuelle sur stéroïdes.

Cette présentation apportera une bonne compréhension du projet LXD, de ses origines, de ses objectifs et de ses implémentations actuelles. Elle sera complété d’une démonstration pour se familiariser avec l’utilisation de LXD et pour convaincre de futurs utilisateurs à l’utiliser pour améliorer leurs environnements de test.

Auteur

Je suis consultant big data. Ma curiosité et mon amour pour la résolution de problèmes me conduisent dans le monde de la technologie. J’ai commencé mes études en management, mais très vite j’ai pris un autre chemin, j’ai commencé par l’administration des systèmes et réseaux, puis j’ai été initié à Linux et le monde de l’open source qui a changé ma vie, j’ai terminé mes études avec un Master en Big Data et en cloud computing. J’ai commencé avec Adaltas et dès le premier jour, j’ai été confronté à un défi dans un grand projet nécessitant de nombreuses années d’expérience, mais avec l’aide de mes collègues, j’ai pu obtenir de bons résultats et ce que j’ai appris de ce projet dépasse ce que j’ai appris toutes mes années d’études.
J’ai eu le privilège de travailler sur des projets intéressants, avec la BNP, STAGO, Orange et même Hortonworks. J’ai déployé des plateformes Hadoop à la fois de Cloudera et d’Hortonworks.
Je suis passionné par toute technologie qui sert un but et qui a un impact sur nos vies.